SPAF

Syndicat des pilotes d’Air France

Des nouvelles de La belle province…

Des nouvelles de La belle province…

C’est officiel, M Benjamin Smith est nommé PDG de Air France Klm. Le SPAF n’a pas souhaité s’épancher dans la presse à ce sujet. Chacun sa place, et la nôtre n’est pas de décider qui doit être ou ne pas être nommé. Mais nous avons des prérequis.

Hélas, non sans provocation, le Conseil d’administration a opportunément oublié de missionner M. Smith pour résoudre le conflit social en cours. Préfère-t-il dépenser encore une fois plus de 300 M€ en grèves plutôt que d’en dépenser le tiers (par an) en augmentations ? Ce CA continue sa fuite en avant dans son absurde surdité, mais avec +2,3% d’inflation glissante sur 12 mois, la revalorisation salariale devient chaque mois plus urgente !

M. Smith, un conflit majeur est en cours. Un conflit comme il y en a eu peu dans l’histoire d’Air France. Mais cela, vous le savez déjà.

Redonner une dynamique à Air France nécessite de comprendre que ses pilotes ne sont pas des boulets ni des variables d’ajustement, mais une force en puissance prête à tout donner pour faire avancer la compagnie.

Mais cela, tout comme vous, et n’en déplaise au conseil d’administration, a un prix (Et pas 450%). Contrairement à la croyance populaire, nous sommes des gens raisonnables.

M Smith, vous allez donc passer du rouge au bleu, de la neige à la pluie, de l’érable au chêne, du caribou au coq… Un changement profond donc, qui implique que vous ne reproduisiez pas simplement chez Air France ce que vous avez fait chez Air Canada.

Les situations sont différentes, les remèdes doivent l’être. Le chasseur qui s’enorgueillit d’avoir tué un lion alors qu’il visait une gazelle risque fort de ne pas voir la situation se reproduire…

Sans prétendre donner de leçons, l’avenir d’Air France passera par la confiance que vous obtiendrez des pilotes. Après 12 années de moins-disant social, continuer dans cette voie n’aboutira à rien. Les ingénieurs ont pensé à mettre une soupape sur les marmites, ce n’est pas pour rien.

Les personnels d’Air France sont démotivés à force qu’on leur tape dessus, mais profondément attachés à leur compagnie. Il ne suffira pas (et même bien au contraire) de créer de nouvelles low-cost pour nous sauver. Ça nous avons donné, sans franc succès à ce jour. Et pour cause !

Air France vend à travers le monde son image, celle de la France, celle du luxe, de la qualité. Qualité fortement en baisse d’ailleurs, du fait de nos cabines vieillissantes (même les nouvelles sont moins belles que celles de la concurrence), mais aussi par notre avance à marche forcée vers le low-cost.

Car le low-cost, c’est l’exact inverse de la qualité que cherchent nos passagers. Dans ce déficit de lucidité toute la chaine dirigeante est en cause, déphasée de haut en bas.

Monsieur le Directeur Général, ne vous trompez pas de cible. Les forces vives de la compagnie seront indispensables pour réussir votre pari. Air France a toujours survécu à ses dirigeants, l’inverse n’étant pas vrai.

Grégoire Aplincourt, Président du SPAF