SPAF

Syndicat des pilotes d’Air France

SKO: Sièges Kilomètres Oubliés ?

SKO: Sièges Kilomètres Oubliés ?

La négociation pilotes s’est achevée. Contrairement aux derniers épisodes, elle s’est probablement terminée trop vite.

Je ne reviendrai pas dans le détail sur ce qu’il manque.

Le fond du problème, vous l’aurez compris, ce sont les SKO. Ces SKO qui nous protégeaient tant bien que mal des assauts de KLM sur notre périmètre. Une suite de décisions politiques a engagé le transfert de nos activités vers notre associé du nord, cet accord pilote aujourd’hui signé pérennise cette situation.

Désormais une majorité de pilotes s’est exprimée en faveur de cet accord (85% de 70% de votants). Non par acceptation du rapport de force actuel entre AF & KLM, mais plus probablement par la volonté de passer à autre chose : l’effet « Ben Smith », avec cette idée toujours affirmée de vouloir (enfin) aller de l’avant.

C’est la thèse défendue pour justifier l’accord, avec cette (grosse) contrepartie mais aussi avec des améliorations.

On pourra déjà se féliciter de l’obtention de la prime de commandement, demande historique du SPAF qui va enfin redonner au CDB MC la place qu’il mérite et par la même occasion en finir avec la soi-disant « bosse » du long courrier (et non avec une sortie par le bas, tentée de si nombreuses fois).

Grâce à l’opposition forte du SPAF, cet accord n’a pas non plus fait droit à la volonté de BS et de son équipe de mettre 100 avions Transavia à Orly, ce qui ferait disparaitre Air France des Bases province et de la base Orly. Mais attention, ce sujet pourrait bien revenir rapidement ! En échange de ce qui manque dans l’accord actuel ? La tentation pourrait être grande du côté Direction…

C’est aussi pourquoi le SPAF pensait (et pense encore) que l’accord aurait dû inclure l’ensemble des problématiques existantes pour les traiter globalement.

Nous serons vigilants pour la suite, soyez-en sûrs !

La bonne nouvelle à retenir sera l’abandon programmé de Joon. Ce ne sera pas faute pour nous d’avoir dit que Joon était une bien mauvaise idée…

Faut-il pour autant ne rien changer ? Non. Car tout n’est pas résolu. Instructeurs, formation, documentation, etc… il reste beaucoup à faire et à discuter sérieusement autour d’une table. Sans léser les uns ni les d’autres, bien au contraire. Cela n’a jamais été la politique du SPAF, contrairement à d’autres, qui ont parfois généré des changements au gré de leurs avantages personnels.

Mais il y a des problématiques auxquelles il faudra faire face de manière responsable et intelligente.

En attendant, nous espérons voir naitre une stratégie pérenne pour Air France. Va-t-on rouvrir des lignes pour y fournir ce nouveau service plus « premium » ? Va-t-on limiter nos SKO sur toutes les destinations ou sur celles où cela serait nécessaire ? Autant de questions sans réponses et d’autres à venir. Nous aimerions avoir rapidement ces réponses. Sinon, comment ne pas imaginer qu’il y aurait comme un loup ? Chat échaudé…

Grégoire Aplincourt, Président du SPAF