SPAF

Syndicat des pilotes d’Air France

Grève des pilotes d’Air France : 60 % des vols annulés mardi

Grève des pilotes d’Air France : 60 % des vols annulés mardi

Le Point – Publié le 15/09/2014 à 06:54 – Modifié le 15/09/2014 à 19:48

Lundi, la moitié des avions sont cloués au sol. Le mouvement, reconductible, pourrait durer une semaine. Des solutions ont été proposées aux passagers.

Au premier jour d’une grève qui pourrait durer, au moins la moitié des avions d’Air France sont cloués au sol lundi faute de pilotes, affirme la compagnie. Et la situation devrait empirer, jusqu’à la paralysie mercredi, selon les syndicats. Mardi, la proportion de pilotes en grève restera stable à 60 %, selon la direction, mais la situation devrait se dégrader pour les passagers : la compagnie prévoit d’assurer 40 % des vols, contre 48 % lundi. « 7 000 personnes sont mobilisées pour servir nos clients », Air France leur « présente (ses) excuses », a déclaré devant la presse Catherine Jude, directrice du Centre de contrôle des opérations.

Les passagers dont le vol a été annulé recevront un dédommagement (de 250 à 600 euros selon les vols) et seront remboursés intégralement à défaut d’autre vol disponible, a précisé la compagnie. Opposé aux conditions de développement de Transavia, la filiale à bas coût du groupe, le SNPL AF Alpa (majoritaire) a appelé à une grève reconductible du 15 au 22 septembre. Le principal syndicat de pilotes a appelé lundi la direction à de « vraies négociations », estimant que les discussions sont actuellement « extrêmement difficiles, bloquées ».

« Demain, ce sera encore plus difficile et, mercredi, (le trafic) Air France peut-être arrêté », a indiqué devant la presse Jean-Louis Barber, président du syndicat de pilotes, en affirmant que « la grève ne peut être que la seule réponse à cette non-concertation ». Le Spaf, deuxième syndicat, et Alter (non représentatif) annoncent jusqu’au 18. Les négociations ont repris dans la matinée entre la direction et les syndicats représentatifs.

« Blocage total »

« Quand la compagnie aura épuisé le réservoir de pilotes de l’encadrement », contraints au repos après avoir été appelés en renfort lundi, « on arrivera au blocage total », a estimé dimanche Julien Duboz, porte-parole du SPAF. Un pronostic partagé par Jean-Louis Barber, président du SNPL AF Alpa : si le taux de grévistes « reste aussi élevé » (75 % lundi, selon lui), « on peut imaginer » que ce sera « bloqué » mercredi.

Les pilotes accusés de « corporatisme »

Les syndicats craignent que le nouveau plan stratégique Perform 2020 n’ouvre la voie à une « délocalisation » des emplois de pilotes et au « dumping social », quand la compagnie y voit un levier de croissance déterminant. « L’idée, c’est de faire de Transavia un outil de reconquête du marché », face à « une concurrence terrible » des low cost, a expliqué dimanche soir Alexandre de Juniac en exhortant les pilotes à participer à « un projet magnifique », porteur d’un millier d’emplois en France, dont 250 de pilotes.

Alors qu’un plan de départs volontaires a été ouvert en août pour 200 des 3 760 pilotes d’Air France, le groupe entend augmenter la flotte de Transavia en France de 14 à 37 avions en cinq ans et ouvrir de nouvelles bases en Europe dès 2015, avec des pilotes sous contrat local. Le groupe rejette la principale revendication des syndicats d’un contrat unique pour les pilotes aux conditions actuelles d’Air France pour les avions de plus de 100/110 places, quelle que soit la compagnie du groupe Air France (Air France, Transavia, Hop!).