SPAF

Syndicat des pilotes d’Air France

Air France-Conseil extraordinaire du SNPL jeudi

Air France-Conseil extraordinaire du SNPL jeudi

Le syndicat SNPL, majoritaire chez les pilotes d’Air France, réunira jeudi ses instances pour déterminer sa position sur le projet d’accord stratégique d’Air France, comprenant la création d’une compagnie à coûts réduits, a-t-il annoncé vendredi.

Le texte est théoriquement ouvert à signature jusqu’à ce vendredi soir. Mais la direction du groupe aérien a autorisé un nouveau report de la date-butoir pour permettre au syndicat de consulter ses adhérents.

« On a convoqué un Conseil du SNPL extraordinaire pour le jeudi 8 juin », a indiqué à l’AFP le président de la section Air France du SNPL, Philippe Evain, affirmant que toutes les options seraient étudiées.

Le projet d’accord contient des mesures visant à améliorer la compétitivité d’Air France. Il prévoit aussi la création d’une filiale à coûts réduits, sur laquelle seraient transférées les lignes moyen et long-courriers d’Air France très déficitaires.

La première organisation de pilotes (65% des voix) a fait une priorité du rééquilibrage de l’activité entre Air France et sa consoeur KLM, la compagnie néerlandaise prenant plus de poids d’année en année. Le SNPL jugeait insuffisantes les garanties offertes par le précédent texte.

« C’est de cela qu’on débattra » jeudi, a développé M. Evain, indiquant par ailleurs qu’il subsistait « toujours des problèmes d’écriture juridique » dans le dernier texte de la direction.

« L’entreprise a fait des précisions par courrier hier (jeudi) soir », ce qui signifie, aux yeux du président du SNPL Air France, que « les choses évoluent » à propos d’un texte dont « l’écriture pose problème ».

Face aux précédents reproches formulés par le syndicat, la direction a amendé le texte au cours du mois de mai, avant de prévenir mardi qu’il « n’y aura pas de nouvelle étape de négociation ».

« La direction est allée au bout des avancées qu’elle pouvait faire et ce projet d’accord représente le meilleur compromis possible », a-t-elle affirmé dans une déclaration écrite à l’AFP.